Ciné-jazz et ciné-classique

Ciné classic

Le Cinéma de papa et la Nouvelle Vague

Un cycle de rencontres proposé par JL Gleizes

À la fin des années 50 de jeunes critiques des Cahiers du Cinéma et de Cinéma 58 décident de passer à la réalisation afin de combattre le cinéma conventionnel, ennuyeux et irréaliste. Ils appellent celui-ci le « Cinéma de papa ».

C’est ainsi que fleurissent sous les caméras de C. Chabrol, F. Truffaut, JL Godard, une série de films réalistes qui décrivent la société de l’époque en ce début des trente glorieuses. C’est la Nouvelle vague !

Nous allons ensemble redécouvrir quelques perles et mieux comprendre cette différence entre deux genres opposés mais si complémentaires.

autour du film:

La Pointe courte

d’Agnès Varda

Dimanche 12 janvier à 17h30

« La Nouvelle vague, que l’on va aborder au cours de notre seconde rencontre, commencera par la découverte d’ Agnès Varda. Bien qu’elle n’ ait rejoint qu’en 1958  les nouveaux auteurs, Chabrol, Truffaut, Godard, Rivette, Rohmer, nous verrons qu’elle les a précédé de quelques années en tournant dans le même esprit, des courts-métrages notamment DU COTE DE LA COTE et surtout LA POINTE COURTE son premier long métrage de 1954″. JLG

Entrée : 7€ / 5€ / 3€

 

Ciné-jazz : Collection Bernard Lechelon

Dimanche 26 janvier à 17h30

Venez partager un moment hors du temps avec les trésors de Bernard Lechelon, collectionneur.
Nous voyagerons à travers les extraits musicaux de l’époque pour le délice de vos oreilles et de vos yeux.

Entrée : 7€ / 5€ / 3€

Ciné classic

Le Cinéma de papa et la Nouvelle Vague

Un cycle de rencontres proposé par JL Gleizes

À la fin des années 50 de jeunes critiques des Cahiers du Cinéma et de Cinéma 58 décident de passer à la réalisation afin de combattre le cinéma conventionnel, ennuyeux et irréaliste. Ils appellent celui-ci le « Cinéma de papa ».

C’est ainsi que fleurissent sous les caméras de C. Chabrol, F. Truffaut, JL Godard, une série de films réalistes qui décrivent la société de l’époque en ce début des trente glorieuses. C’est la Nouvelle vague !

Nous allons ensemble redécouvrir quelques perles et mieux comprendre cette différence entre deux genres opposés mais si complémentaires.

autour des films :

Dans la série « Le Cinéma de Papa » :

L’Auberge Rouge

Comédie policière de Claude Autant-Lara (1951)

Dimanche 2 février à 17h30

«J’ai choisi de vous parler de la place importante de Claude Autant Lara dans le Cinéma français d’après guerre, de sa filmographie, de son cursus et de son rapport avec la Nouvelle Vague. Après des études de peinture et de décoration aux Beaux Arts il peint pour Marcel l’Herbier les décors du film «Le carnaval des vérités» en 1919. Il entre alors «en cinéma» ! Nous étudierons quelques-uns de ses films dont «L’auberge rouge», sur lequel nous jetterons un regard
particulier.»

Entrée : 7€ / 5€ / 3€

Puis dans la série « La Nouvelle Vague » :

Hiroshima mon Amour

Drame d’Alain Resnais (1959)

Dimanche 15 mars à 17h30

«Alain Resnais, passionné par la photographie et les bandes dessinées de Dick Tracy, entre en cinéma grâce aux cours qu’il suit à l’IDHEC de 1940 à 1943. Tout d’abord figurant dans « Les visiteurs du soir » de M. Carné, il se spécialise ensuite dans le montage de films. Nous parlerons de sa carrière prestigieuse et de son plus grand succès en 1959, « Hiroshima mon Amour », fleuron de la Nouvelle Vague. Nous évoquerons aussi Eric Rohmer, critique aux Cahiers du Cinéma, et son court métrage «La boulangère de Monceau ».

Entrée : 7€ / 5€ / 3€

Le beau serge

Drame de Claude Chabrol (1959)

Dimanche 19 avril à 17h30

«C.Chabrol renonce à toute carrière sérieuse dans les Lettres ou la Pharmacie : il veut faire du cinéma !
Il projette des films dans les granges de Sardent, fréquente la Cinémathèque Française, devient critique aux Cahiers du Cinéma avec Truffaut, Rivette, et Godard et publie avec Eric Rohmer un livre sur Hitchcock en 1957. Je vous parlerai donc de cet habile et prolifique réalisateur qui réussit, à créer sa propre société de production. Je ne manquerai pas de vous présenter son complice

Entrée : 7€ / 5€ / 3€

A bout de souffle

Drame policier, romance de Jean-Luc Godard (1960)

Dimanche 10 mai à 17h30

«J-L. Godard est sans aucun doute le réalisateur qui a le plus enfreint les règles du cinéma des années 60 et jeté aux orties le «cinéma de papa», ce cinéma traditionnel jugé sclérosé et ampoulé, par les jeunes trublions des Cahiers du Cinéma. Après quelques courts-métrages très intéressants, il tourne son premier long métrage «A bout de souffle» qui rencontre un vif succès public et critique. Ce film marque le vrai début de La Nouvelle Vague. Je vous parlerai aussi d’un court métrage de F. Truffaut «Les Mistons» en 1958 dont le rôle principal est tenu par B. Lafont.»

Entrée : 7€ / 5€ / 3€

A très bientôt ! JL Gleizes



Historique

Pendant quelques année, le fil des arts a proposé des projections argentiques de vieux films ou extraits de films, grâce au concours généreux de la collection Bernard Lechelon. Des moments magiques ! L’association Ensemble et Solidaires le Mercadal a été partenaires sur plusieurs projections.

lechelon

Bernard Lechelon

La comédie musicale

Biographie de Glenn Miller